Accueil > Les Actualités > Actualités de l’IHEST > Le goût de l’inconnu et les vertus des sciences

Enregistrer au format PDF
Editorial

Le goût de l’inconnu et les vertus des sciences

Chaque année, le cycle national de l’IHEST forme une promotion d’une quarantaine de responsables francophones de milieux professionnels très divers à la compréhansion des interactions entre la science et la société. La clôture officielle donne à voir les travaux et réflexions de l’année écoulée. Comme à l’accoutumée, en 2017-2018 les auditeurs se sont familiarisés avec l’état de l’art des sciences et les prospectives de la recherche, l’économie de la recherche et des dynamiques d’innovation, les particularités des organisations du système de connaissance et d’innovation en France et à l’étranger et la diversité des interactions science-société.
Pour distinguer leur promotion, et en écho au thème du cycle « L’inconnu et l’incertain », Les auditeurs ont choisi comme personnage emblématique Jeanne Barret, première femme à avoir fait le tour du monde avec l’expédition de Bougainville. Son aventure sera évoquée au cours d’un dialogue entre l’écrivaine Christel Mouchard, spécialiste des exploratrices, et l’océanographe Pascale Jouanot, du Muséum national d’Histoire naturelle. Le choix de ce personnage illustre la trajectoire au cours de laquelle la promotion a pu distinguer plus précisément l’incertain de l’inconnu, et, partant, revisiter les modèles d’estimation des risques, poser un regard critique sur les méthodes de prospective, considérer, en compagnie des auditeurs de l’IHEDN, les différentes faces de l’erreur. Le voyage d’études au Portugal aura plus particulièrement permis d’explorer ce qui fonde la décision d’innover et celui au Chili, de considérer le potentiel d’ouverture et de créativité que peut emporter le fait de méconnaître.
Par l’évocation de leurs travaux, les délégués de la promotion Jeanne Barret donneront à voir qu’à l’IHEST s’apprend un « savoir-penser et agir ensemble » aux frontières des connaissances et des métiers, mobilisable dans des exercices de réflexion collective, pour produire des recommandations et préparer des débats sur des sujets complexes.
La cérémonie de clôture acte aussi du passage vers le cycle national 2018-2019 « l’Inconnaissance, vecteur d’inventivité ». Pour cela, Stuart Firestein professeur de neurobiologie de l’université Columbia, donnera une conférence intitulée Ignorance, erreur, incertain et doute, pourquoi la science est optimiste .
(Stuart Firestein est l’auteur de Les continents de l’ignorance, 2014, Odile Jacob et
Failure : Why Science Is so Successful, 2015, Oxford University Press)

Programme et inscription à la clôture du cycle national 2017-2018

Publié le vendredi 25 mai 2018